03 89 42 31 05
07 56 96 18 18

Rebberg: Au milieu des belles maisons et appartements : Les Jardins d’hygiène ou les jardins ouvriers de la Société d'Hygiène Naturelle de Mulhouse


Publié le 30 mars 2020

Rebberg: Au milieu des belles maisons et appartements

Les Jardins d’hygiène ou les jardins ouvriers de la Société d'Hygiène Naturelle de Mulhouse

Sur les  hauteurs du quartier du Rebberg de Mulhouse se trouve beaucoup de très belle demeure, des maisons de Maître, trace d’un passé industriel très dynamique à Mulhouse avec une des principales d’où les manufactures d’Indiennes de France

 

Le développement et la création des "Société d'Hygiène Naturelle" vont de pair avec le  progrès de

L’ensemble de nos sociétés modernes au cours des deux siècles derniers. Au milieu du 19 ème siècle l'évolution industrielle se fait tardivement, les machines, les techniques font partout irruption à l'aube du 20e siècle. La civilisation Industrielle moderne s’oppose à la civilisation rurale traditionnelle. C’est le bouleversement du modèle social qui est en marche : science, technique, industrie, avancent ensemble. La découverte de l'électricité, de l'auto, de l'avion, de la TSF, du sous-marin, du cinéma sous propulsé à la  fin du 19 ème siècle.

 

La chimie toujours en pointe à Mulhouse avec une orientation textile forte font avancer la chimie en général et ceci surtout après 1860,  des découvertes dotée d’un certain brio. Elle est largement utilisée par toute l'industrie et avec le concours de la microbiologie, l'agriculture, la médecine et la pharmacie. La découverte par Pasteur des micro-organismes bouleverse la médecine par ses travaux sur la maladie,  sur l'antisepsie et bien sur la rage.

En Allemagne Robert Koch, dans la lignée des travaux de Pasteur, isole le bacille de la tuberculose en 1882, vient ensuite le microbe du choléra après. Du reste c’est l'Allemagne qui, à partir de 1870-1875 qui coiffe  largement l'Angleterre et la France et se positionne au premier rang de l'industrie chimique.

Déjà la douleur est prise en compte via la chimie qui fabrique des anesthésiques, le chloroforme, et surtout la cocaïne à la fin du siècle. Après 1885, les nouveaux médicaments l'emportent sur les préparations à base de plantes. Vers 1900 c'est la création de l'aspirine, appelée à un développement mondial Le développement de la médecine depuis son origine était entre les mains des seuls praticiens et non l’industrie.

 

Le 19e siècle de nouvelles connaissances révolutionnaires apportent de nouveaux remèdes, Ceci la fait entrer de plain-pied dans la vie sociale au contact d'une classe ouvrière importante et d'une classe moyenne salariée nombreuse, c’est l'évolution industrielle.

A l’époque la préoccupation n’était pas la médecine ou l’hygiène, la nature devait faire son office… Bien difficilement. Seule la médecine des plantes avec peu de moyens restaient à la disposition des malades.

Les progrès de la thérapeutique sont considérables, l'entrée dans la civilisation amène un nouveau rapport entre médecine et population. Suite à l'essor de la médecine officielle les progrès de la science et de la chimie en particulier, il se développe au sein de toute la population. un mouvement d’un développement puissant . Ce mouvement est poussé par des principes de médecine naturelle initiés par un véritable pionnier en ce domaine : Vincent Priesssnitz (1789-1851)

Les bienfaits de l'eau, ses principes ont d'ailleurs été repris et développés par l'abbé KNEIPP mort en 1897. C’est dans cette période qu’un grand mouvement se développe prenant en compte toutes les couches de la population vers de nouveaux principes qui seront les bases d’un réel combat pour la Santé publique.

 

Le côté germanique initie le  "NATURHEILBEWEGUNG", un mouvement pour une thérapeutique et une hygiène naturelle. Face à  l'orientation de la médecine vers la seule médicamentation chimique et souvent toxique par ses effets indésirables, ce mouvement entend revenir vers les facteurs naturels, disponibles pour tout un chacun : la lumière, l'air, l'eau, le mouvement et une vie saine.

Une approche globale des problèmes de la santé publique vers une hygiène de vie avec toute la prise en compte de ses aspects sociaux  seront bien présent. Il faudrat plusieurs décennies pour que le mouvement s'étende largement à de nombreux pays, Allemagne, Autriche, Suisse, Hollande, Danemark, Norvège et Grande Bretagne. Un réel pour le plus grand bien pour la santé des populations de ces pays. Peut-être n'est-ce pas un hasard si ces pays ont été dans les premiers à se doter de lois sur l'assurance contre la maladie et la protection sociale.

 

Société d'Hygiène Naturelle de Mulhouse son HISTORIQUE

CREATION

Le jeudi 2 janvier 1896 paraît une annonce dans le "Mülhauser Taçblatt" , appelant tous ceux qui s'intéressent aux soins de santé et aux traitements naturels des maladies à se retrouver le lendemain au café Moll en début de soirée. Vendredi 3 janvier, naît, dans le Salon Vert du MolI, le premier « Nàturheilverein » d'Alsace-Lorraine. 27 sur 60 personnes crée ainsi la nouvelle association. Cette naissance est suivie dans la foulée, d'une conférence publique par le docteur Moeser, médecin naturiste d'Offenbach sur le thème :

« Qu'entendons-nous, sous mode de vie et soins naturels et quelle valeur leur attribuer ? »

Le 27 janvier de la première assemblée générale de la nouvelle association qui élit son comité dont la présidence est assurée par M. Bürdecke, la vice-présidence par M. Zuber, le secrétariat par M. Axt et la trésorerie par M. Brenzinger. Le siège de l'association est établi au chalet  « Salvatorhalle » au 9 rue de la Loi, siège de la société de musique Widerhall ( Echo).

VOLONTE D’UNE APPROCHE THEORIQUE

Cette nouvelle association se lance, avec difficultés, dans l'organisation de conférences sur la thérapeutique naturiste, provoquant des problèmes financiers. L’esprit de solidarité et de sacrifice des membres de l'époque permit de surmonter cela. En 1898 elle s'adjoint les services du Docteur

Otto, nommé médecin de la société et qui fonde un périodique" Le Médecin de Famille Mulhousien " une existence malheureusement très brève. Malgré cela la société comptait néanmoins en 1900, plus de 200 membres sous la présidence de M. Schilling.

Avec son aide se créent des sociétés similaires dans les même années à Colmar, à Vieux-Thann, Guebwiller et Saint-Louis .

UNE LIGNE DIRECTRICE

En 1900, Le secrétaire devient Président le Docteur Sinapius avec l'impulsion de M. Motz la société prend un tournant important en s'orientant vers la création d'installations permettant la mise en pratique des principes de la médecine naturelle.

 C'est en mai 1901 que démarre ces fameux « Jardins d’hygiène naturelle ». L’association acquiert un premier terrain de 41 ares au Rebberg avec vue superbe sur la ville et les  Vosges. Dans la même année, la société peut inaugurer les 2 premiers bains d'air et de soleil et ceci pour les 2 sexes. Un kiosque voit le jour et un vaste buffet couvert. L’accueil est plus que favorable car le nombre des adhérents est multiplié par 5 en 2 ans.

Le financement de l’opération est assuré par la mutualisation d’une dette par les souscripteurs, un véritable actionnariat, cette année sera aussi l’occasion de créer une activité gymnastique

Une politique foncière est née. L'achat de terrains en 1903 ( parcelle Sartoré ) et en 1907 ( terrain Peter) rende possible la création de 40 jardinets de famille, inaugurés en 1908.

Quatre an après, un nouveau terrain est acquis, portant la superficie de l'ensemble à plus de 160 ares. Cette surface est supérieure à celle du terrain actuel qui a été amputé de quelques ares par suite de mesures d'alignement au profit de propriétés voisines. Les tractations en cours pour l'acquisition d'un terrain de 100 ares appartenant à Mme P. Schlumberger, furent stoppés par la guerre. Dans l'esprit de l'association ce terrain était destiné à la construction d'une maison de convalescence, suite de la spéculation foncière et des moyens restreints dont la société disposait objectif, cette volonté a dû être laissée de côté dans l'entre-deux guerres. Les terrains désormais disponibles sont utilisés pour la multiplication des jardinets dont le nombre passe de 40 à 70. A partir de 1906 l’association procède à l'agrandissement des bains de soleil et à leur équipement en agrès de gymnastique. En 1910 la place de jeux est remaniée, un quillier sera inauguré en 1911. En 1904 la halle du buffet est élargie et dotée en 1912 d'une salle avec le chauffage.

Outre l’Organisation de conférence l’activité physique se développe, de cours sur les premiers soins, Publication d’ouvrage "Les règles de santé pour la jeunesse scolaire' avec les félicitations de l'inspection d'académie.

EN PLEIN DEVELOPPEMENT

Beaucoup d’excusions et de séjours verront le jour, la Suisse et l’Italie non loin seront à l’honneur.

L'année, très dynamique de  1904 voit la création d'une section de chants, sous la direction de l'instituteur Wicky, suivie d’une activité théâtrale, une synergie pour le Théâtre alsacien de Mulhouse, puis un orchestre qui passera à 400 membres l'année d'après.

LA PLENITUDE

Même à la veille du conflit 14-18 la société rejette les propositions de charlatans ou autres guérisseurs, est bien assise dans ses principes. Ses installations sont opérationnelles. Avec plus de 1000 membres elle mène des activités variées reconnus par les autorités

 

APRES LA GUERRE DE 1914-1918

La première guerre mondiale impacte largement la société d’hygiène naturelle.  Un nouveau président M. Roellinger gère les installations et un capital immobilier et moral qui permettent d'assurer la poursuite des activités. Difficile jusqu'à l'arrivée en 1922 comme médecins de l'association des Docteurs Senentz et E. Kienzler.

L'APPORT DU DOCTEUR KIENZLER         

Jeune médecin adepte des thérapeutiques naturistes, il se bat pour la reconnaissance en France des valeurs du mouvement d'hygiène naturelle. L’isolement en France pour ce type de développement ont raison de leurs efforts. Dans l’esprit de beaucoup, naturiste était trop assimilé à charlatanisme…

La société reprend ses cycles de conférences sur la santé publique, Les excursions redémarrent, le chant et l’éducation physique et sportive se développe.

L'UNION DES SOCIETE D’HYGIENE NATURELLE  DU HAUT-RHIN et les revendications sociales

L’association est remis sur les rails en 1922 l'association des Sociétés d'Hygiène Naturelle du Haut-Rhin qui défend outre ses principes thérapeutiques, des revendications d'ordre social avancées.

Un programme soumi aux candidats aux élections législatives de 1924 :

 

-Une volonté de maintien et de développement des ministères pour l'hygiène et la protection sociale

 

- Eduquer la population pour une vie plus saine

 

- Impose la modernisation des hôpitaux, centres de soins publics d'après une hygiène moderne

 

- La consolidation d’une assurance sociale, la protection de l'enfance, le soutien de l'Etat pour les consultations des femmes enceintes et des nouveau-nés, la construction de crèches. Des éléments de développement physique sont demandés avec insistance.

VERS LA CREATION DES PREMIERS CENTRES AERES

 

C’est dans cette période que la Société d’Hygiène naturelle commence à mettre son jardin à la disposition des écoles mulhousiennes.

 La municipalité sera soucieuse de la pratique d'une politique sociale avancée, les premiers centres aérés pendant les vacances d'été.

C’est au début des années 1930 que la ville de Mulhouse construit sur les hauteurs de la colline de Pfastatt, la première école de plein air qui associe études et activités physiques pour les enfants du primaire.

En 1926, pour les 30 ans de l’association et en présence du Maire A. Wicky, le président Lichtenauer déclare continuer ses efforts malgré une « certaine presse »

 

DEVELOPPEMENT DES SECTIONS SPORTIVES

 

Si le mouvement affirme ainsi, outre sa vocation sanitaire, son ouverture aux aspects sociaux et politiques de la lutte pour la santé publique, la S.H.N. continue à mener son action dans la tradition et l'innovation.

Le Président de 1926 à 1932 M. Lichtenauer s’enorgueillit,  à partir de 1928 des exploits des basketteurs et des équipes confirmées de quilles St. Gall, qui brillent dans les concours régionaux.

Après 1929 sera effectuée la mise à niveau des terrasses qui garderont leur aspect pour près de 50 ans. M. Grabling, nouveau président,  engage dès 1935 des travaux de rénovation et d'agrandissement de la buvette et du logement du gardien, , les chemins et terrasses sont équipées d'un éclairage électrique.

 

PARTENARIAT AVEC LE MONDE ASSOCIATIF

EN 1935 la société met à la disposition des associations ses locaux. A la veille de la deuxième guerre mondiale la société compte encore 530 membres et la guerre stoppe toutes les activités. Les autorités militaires  interdisent les conférences, c’est la mobilisation sous les drapeaux. L'assemblée générale du 25 mars 1940 désigne un comité restreint chargé de l'administration pendant la durée des hostilités. Beaucoup de difficultés avec les autorités nazies. L’association gardera la jouissance du terrain et des jardinets convertis en parcelles de production alimentaire complémentaire.

APRES LA GUERRE

Après la guerre, bouleversée par 5 ans de conflit et pourtant riche d’une volonté de développement et  irriguée d'une volonté de changement, la société s'engage dans la protection de la santé publique. Elle le traduit dans les lois  sociales sur les assurances maladie et accidents du travail, sur les retraites etc. La médecine, à l'instar d'autres disciplines scientifiques, va faire plus de progrès que durant les millénaires précédents.  Avec les congés payés et la réduction de la durée du temps de travail les habitants commencent à se réapproprier l'air, l'eau, le soleil. La pratique du sport se développe, la civilisation des loisirs voit le jour

LA RECONQUETTE

La fin de la guerre motive les habitants mulhousiens. Le 27 mai 1945 la première assemblée générale depuis la libération. 4 membres sont écartés, M. Luttenauer Camille est élu président de cette assemblée.  Reconstruction, les manches sont relevées et c’est la remise en état des vielles installations, qui on souffert avec le temps

DIFFICULTES MATERIELLES ET DOCTRINALES

Outre les problèmes financiers, les reconnaissances de dettes, la reconstruction est mise à mal. La doctrine et l’éthique ne vont pas dans le bon sens et l’association décide de faire cavalier seul. La mise en place des conférences ont du mal à trouver preneur

TOUJOURS PRAGMATIQUE ET POLYVALENT

La société de Mulhouse continue son chemin et fort des bienfaits reconnu de la nature, elle remet les lieux à la dispositions des écoles primaires pendant les vacances scolaires.

En 1947 la pose de fenêtres et du chauffage donne à la "Petite Salle" son aspect presque actuel, toute l’infrastructure est mise gratuitement à dispositions des associations mulhousiennes.

PASSAGE A LA VIE MODERNE

Les travaux de réfection terminés, la société à partir de 1954, avec le nouveau Président M. Willenbucher s'oriente vers la modernisation des installations. Les lieux de soleil sont un peu désaffectés mais sont remaniés. Un nouveau kiosque à musique, un espace de danse mais aussi l’arrivée du téléphone avec un nouvel éclairage. De nombreux stands : pêche, casse-croute. Les excusions reprennent, les quilles, les activités conviviales se développent fort de plus de 300 membres … cela se développe au fil du temps.

TOURISME SPORT et CLUB EPARGNE

En 1962 M. Burger Georges  va devenir Président pendant 14 ans, les objectifs seront réalisés pour la plupart, une orientation est donnée avec l'aide du nouveau président d'honneur Freddy Willenbucher Freddy, la section touristique bat son plein. Un club épargne se constitue.

Le terrain de sport voit le jour en 1967 après rénovation. Des installations sanitaires sont réalisées, douches et W. C. Avec plus de 400 membres une volonté pour une nouvelle salle voit le jour mais est reporté pour des raisons d’instabilité financière.

CONSTRUCTION DU FOYER A. MAY ET ESSOR

M. Greder Raymond est élu en  novembre 1977, nouvelle dynamique sans compter le développement de l’activité touristique des nouveaux jeunes retraités.

C’est en 1985 avec le partenariat de la ville et de son Maire Joseph Klifa que sera inauguré ce nouveau foyer

Les plans seront gracieusement établis par l'architecte Bobacher, l’opération sera financé par la société, des subventions de la Ville de Mulhouse, le département et la région et les membres qui seront au travail. Le foyer porte le nom d'Adolphe May siégeant au conseil municipal de Mulhouse de 1953 à 1977, grand ami de la société d’hygiène naturelle. Plusieurs éditions d’exposition biennale de peinture verront le jour jusqu’en 1996. A son départ, en 1986 le président peut être fier de ses 800 membres.

LA SOCIETE D’HYGIENE NATURELLE AU XXIème siècle

Les temps modernes ont obligé le Président M. Grad Edouard et  la société de se mettre à l’isolation phonique et thermique, l’aménagement d’un parking et rendre pérenne l’exploitation de l’endroit. Les travaux de clôture entamés se termineront vers en 1996.

 La salle de  réunion Freddy Willenbucher est terminée en 1990. Cette salle permet à l'association et de ses sections, de travailler sereinement dans leurs propres locaux. L’ancien Kioque sera remplacé en 1992 par un endroit de stockage des mobiliers de jardin. Pétanque et fêtes sont maintenant de rigueur.

Depuis 1995 la présidence de la Société d’Hygiène Naturelle de Mulhouse est assurée par M. Aguerre Laurent qui emmène l’association vers un nouveau millénaire pour le bien-être de toute son association et le maintien d’un patrimoine qui aura marqué Mulhouse et son Rebberg, à suivre

 

Résumé notamment documenté par l'article De Edouard GRAD pour le centenaire de la Société d'Hygiène Naturelle de Mulhouse 1896 – 1996.