03 89 42 31 05
07 56 96 18 18

Plein Cœur du Rebberg : Histoire sur la conception de l’église du Sacré-Cœur de Mulhouse.


Publié le 28 octobre 2020

Plein Cœur du Rebberg : Histoire sur la conception de l’église du Sacré-Cœur de Mulhouse.

L’église du Rebberg de Mulhouse est peut-être une des rares églises à posséder un clocher sans cloche. Le terrain a été légué à condition qu’il ne soit pas installé de cloches !On reconnait déjà une volonté de calme dans le quartier du Rebberg.

On ne peut pas évoquer l’église du Rebberg son parler du curé bâtisseur du SACRE CŒUR au Rebberg PAUL SCHMITT 1902-1991, Merci à Madame Abboud de nous avoir confié son travail .

Evoquer la figure du Curé Schmitt curé du Sacré cœur au Rebberg en quelques lignes, voire en quelques pages est une gageure. Ce prêtre du Rebberg à la foi éclairée et contagieuse, est un virtuose de la communication de l'organisation et de la réalisation.

Son charisme exceptionnel est demeuré bien vivant chez ceux qui l'ont connu. Il a été prêtre, pasteur, curé, aumônier, chanoine, doyen, professeur, écrivain, historien, sociologue, prophète de l'Unité de l'œcuménisme avec re Pasteur Morel de Rencontres des Foyers Mixtes ... et I' édificateur de notre église du Sacré cœur du Rebberg, en lien étroit et constant avec les concepteurs, les artistes, les artisans et avec l'équipe paroissiale qui portait ce projet avec lui.

Dans tout ce qui était entrepris, tous les groupes qui seront mis en route, le Curé Schmitt associait toujours des laïcs. Dans chaque groupe un membre se proposait comme interlocuteur.

BIOGRAPHIE -Naissance à Saint-Amarin le 5 octobre 1902

• Ordonné prêtre le 16 juillet 1926 par Mgr Ruch -Etudes littéraires, licence de Théologie à Paris (Université Catholique) · Vice-chapelain au Mont Ste Odile 18 octobre 1928

• Professeur au Grand Séminaire 11 octobre 1929 · Aumônier des Dominicaines de Logelbach 1 novembre 1936

• Curé d'Eschentzwiller 17 janvier 1954

• Curé de Mulhouse du Rebberg au Sacré-Cœur 7 avril 1954

• Chanoine le 29 juin 1958 .

• Doyen de Mulhouse en 1967 .

• Prêtre coopérateur à Ste Geneviève après un grave accident cardiaque

• Retraite le 1 janvier 1974 .

• Période d'itinérance : Foyer Ste Mane, Sentheim, Foyer Notre Dame rue Thenard où il décède le 18 décembre 1991 (pendant cette période difficile il est réconforté par des paroissiens qui sont restés en lien avec lui, un fort soutien d’habiatnts du Rebberg de Mulhouse).

 LA PAROISSE DU REBBERG ET SON CURE : C'est Monsieur Fernand Unvois en 1996  évoque un portrait du Cure Schmitt  et paroisse au moment de son départ : . « L'un des traits de Monsieur le Cure Schmitt  a été tout au long de l'exercice de sa charge notamment au Rebberg, de chercher à y associer le plus de personnes possibles : tout d'abord ses vicaires avec lesquels il finit par constituer une équipe collégiale, puis ses paroissiens.

On en donnera pour exemple :

• la constitution, peu, après son arrivée, d’une équipe appelée a donner son avis sur l'endroit d'implantation d'un nouveau lieu de culte au Rebberg, l'importance à lui donner, puis les premiers plans proposés par l'architecte Le Donne

• la mise sur pied, lors de la Mission de Mulhouse, d'un groupe de travail appelé à élaborer un programme pour les milieux indépendants

• les consultations régulières de tous les paroissiens tant sur des points d'ordre pratique, tels que les horaires des messes, que pour définir des plans d'action à la lumière des enseignements du Concile

• la constitution d'un Conseil Paroissial, ayant pouvoir de décision, représentatif de toutes les activités et de toutes les couches de la paroisse, et surtout: ses efforts dans le sens d'une liturgie gui fasse participer pleinement le peuple des fidèles aux célébrations.

Ce souci d'association, constant, méthodique, a toujours été la manifestation, chez M .le Curé Schmitt, non pas individuellement, mais tous ensemble même  au Rebberg, C’est le Pasteur André Horsch de Huningue qui a évoqué la figure du défunt. Il a axé son homélie en trois mots clefs le décrivant : VISION, COMBAT, RISQUE VISION d'une action pratique .... Il devint un des pionniers du renouveau de I' œcuménisme à Mulhouse. De l'amitié entre les deux hommes, véritables frères jumeaux dans la Foi. Le premier voyage des architectes à Mulhouse se fait peu de temps après. COMBAT : le Chanoine Schmitt a su être un combattant non-violent bien sûr. Qui a croisé  le curé, a vu de la perspicacité, de la ténacité, mais surtout la bonté des non-violents ... Un combattant prend des RISQUES. Le Chanoine Schmitt en a pris. C'était l'âge d'or des rencontres œcuméniques ; mais tout n'allait pas de soi ; les obstacles restaient : celui de l’intercommunion particulièrement. Lorsqu'en 1971, le groupe : de foyers mixtes demanda à l'Evêque de Strasbourg l'autorisation de pouvoir communier les uns avec les autres, les uns chez les autres, le Chanoine Schmitt prit le risque de soutenir cette revendication. Vision du combattant qui prend des risques.  La personne du Curé Schmitt constitue un relais indispensable entre le maître d'œuvre, les artistes, les artisans, l'administration et surtout les paroissiens. Comme à son habitude il associe de nombreux groupes aux travaux, le conseil de Fabriques.

 L’Association du Sacré-Cœur au Rebberg (fondée en 1925 par le Chanoine Wagner est redynamisée, elle aura son papier entête (et son tampon !). Des commissions sont créés : construction, finances. Une équipe de quêteurs va tous les dimanches avec le Curé dans un lieu de culte pour quêter pour financer l’église du Rebberg de Mulhouse. Heureusement, à cette époque il y a 6 messes chaque dimanche!

MONSIEUR LE CURE SCHMITT A MULHOUSE ET LA CONSTRUCTION DE L'EGLISE DU REBBERG

Mr le  Curé Schmitt, nommé à la paroisse du Sacré Cœur de Mulhouse au Rebberg, a comme mission première, la construction d'une église. Le quartier du Rebberg s'étant bien développé, Notre chapelle de 1930 est devenue trop petite. Nous sommes alors dans une période de grandes constructions d'églises après les destructions de la guerre , nouveau : le béton et le verre, en sont les matériaux . Les plus grands maîtres veulent absolument des programmes nets et ne redoutent aucunement l'exigence rigoureuse des règles liturgiques. « (L'Art Sacré No 9-1 de 1950) Le curé Schmitt du Rebberg fréquente les expositions d’art Sacre et, toujours avec des paroissiens,  un grand nombre d'églises nouvelles, surtout en Suisse. Il est décidé d'ériger l'église sacré cœur du Rebberg de la rue de Verdun en gardant la chapelle. L'intégration du chœur-sanctuaire à la nef est complétée par deux articulations : chapelle / sacristie et narthex /fonts baptismaux. Articulation. Viennent les travaux fastidieux de relevé du terrain et des sondages préliminaires pour niveler le niveau de la roche.

 Une église de béton n'est pas facile à assoir sur du limon ... Il fallut creuser des puits de 10 à 12 mètres de profondeur ... Ces puits ont 1m50 ou l m75 de diamètre et s'évasent à la base ... et sont remplis de béton. Ils constituent 32 piliers solides se prolongeant en hauteur jusqu'au plancher haut de I édifice, à 9m au-dessus du sol. L'Abbé Paul Schmitt Curé de la paroisse du Sacré-Cœur du Rebberg. C'est ainsi qu'il signe un article dans le Programme de la kermesse des 3 et 4 mai 1958. Un schéma directeur pour l'église du Rebberg à construire est élaboré en équipe : « Une église avec une Cité paroissiale »

 • L'église du Rebberg doit pouvoir recevoir 600 personnes et avoir de vastes dégagements

• L'autel sera visible de partout et placé de tel sorte qu'on puisse dire la messe face au peuple

 • Pas de tribune si possible

• La chapelle baptismale donnera sur la nef

• La Cité : chapelle d'hiver (l'ancienne), une grande salle, 3 salles de côté, une petite salle, e presbytère pour 3 vicaires, une chambre, un secrétariat, un local pour St Vincent e Paul et pour les scouts

• Eventuellement une tour ou un signal. Voilà la notice des architectes dont la vision est claire dès le début : MONSIEUR LE CURE SCHMITT ET LES ARTISTES avec LEON ZACK, un volumineux courrier est échangé sur cette église du Rebberg. La relation entre les deux hommes est chaleureuse et cordiale. La petite écriture serrée et penchée de l'artiste termine toujours par des « sentiments très dévoués », « Bien cordialement », la réponse du Curé Schmitt, avec une écriture ample est toujours courtoise et aimable. Dans_ ces courriers, il est la plupart du temps question des œuvres à produire. Pour les, dalles de verre de Léon Zack qui nous amènent en grande intimité vers l'autel , l’artiste a mis en pratique la réponse du Greco.. Par mesure d’économie, le Curé Schmitt écrit à l'artiste : « vous voudrez bien, pour les repas, me faire l'honneur de les prendre, à ma table ». Ainsi Léon Zack rencontre la mère du curé qu'il saluera souvent dans ses lettres. JANIE PICHARD est chargée de la réalisation du lanterneau. Dès le 20 mai 1958, elle écrit à Monsieur le Curé : « Suis heureuse de recevoir l'approbation de la commission d'Art Sacré et les vifs encouragements de Monsieur le Chanoine Bourgeois « suit ... une demande de versement convenu provisionnel ! ! Les contacts épistolaires sont nombreux et chaleureux. Janie Pichard présente son amical souvenir au curé et à sa mère. Les vitraux sont exécutés chez Jean Barillet maître verrier, mosaïste. Il faut régler les  acomptes, les suites, penser à retenir 10% pour la garantie ... Mais tout ne va pas tout seul ! ! Le l 0 février 1960, il y a une demande de consolidation du châssis .... Barillet écrit au « Cher Monsieur le Curé » qu'il attend l'ordre de l'architecte pour la pose de vitraux. Dans une lettre du l 2 janvier 1959 le curé Schmitt écrit à Janie Pichard : « ... les préoccupations de la construction s'ajoutent à celles qu'exige la vie paroissiale et m'absorbent pleinement. Je tiens à vous dire que je vous suis reconnaissant pour le travail très étudié et fort réussi que vous avez réalisé. Toute l'atmosphère de l'édifice est définie par ces couleurs choisies, toutes vibrantes au moindre rayon de soleil. « Être curé, ce n'est plus comme au stade précédent, son activité extérieure qui révèle le prêtre, mais son attitude d'âme ,sa  personnalité spirituelle.  D’après le texte qui nous a été confié par  Gabrielle Abboud en date du 21 août 2015